“Tedy ces gens qui ne veulent pas mourir sont incroyables”

Cette histoire nous plonge dans l’univers de Tedy. Il est dans sa cellule, dans le couloir de la mort, son exécution doit se produire dans les heures qui suivent… Tedy se met à nu, avec ses mots, alors forcément le langage est cru. Il est pétri de paradoxes. Il est né homme mais il se sent femme. Il a tué, mais uniquement des adultes, car trop
respectueux des enfants. Il règle ses comptes avec la vie avant d’être exécuté. D’états d’âme en accusations, de descriptions de ses actes odieux en certitudes d’avoir agi avec la bénédiction divine, Tedy livre tout de sa vie. Au fil de la pièce, on ne sait plus si on doit en pleurer, en rire, le comprendre ou appuyer sur le bouton qui déclenchera la mise en route de la chaise électrique.En toile de fond, « L’Amérique profonde » est au cœur du drame qui se joue. On oscille dans des univers chers à Tarantino ou Almodovar, entre road-movie, docu-fiction sur une société en crise, et analyse des rapports parents-enfants et hommes – femmes… Cette confession bouleverse … elle conduit à de nombreux sentiments paradoxaux et met le spectateur « sens dessus dessous » : vengeance, pitié, écœurement, stupéfaction, compassion… on hésite à prendre partie. Les faits monstrueux sont là, mais on hésite à le condamner sans entendre ce qu’il a à nous dire.

Mise en scène : Joël LEFRANCOIS

Avec : Yann Berthelot

Olivier SOUBEYRAN

Univers musical : Olivier Soubeyran

Réalisation vidéo :  Camille Sénécal

Costumes : Pascale Barré

Création Lumière : Nicolas Duclos